vendredi 23 décembre 2011

Un studio de 25 m2 pour Robin, étudiant.



Mais oui, mais oui, Robin a dans ses 25 m2 une entrée, une salle de bain, un salon, une cuisine, un bureau, un coin chambre où il dort très bien même s'il donne sur l'ancien théâtre du Grand Guignol. Et... une niche d'origine qui a retrouvé un poêle Godin ! Avec une vue sur les toits de Paris et les anciens ateliers d'artistes dans le petit jardin romantique. La sensation d'être dans un roman de Colette en dehors du temps alors que nous nous trouvons dans un des quartiers les plus "hectic" de Paris entre Pigalle et Saint Georges. Cette rénovation aura duré l'été avec une restructuration complète. La cuisine  a été placée au centre afin de délimiter les espaces salon/chambre/travail et de faire circuler la lumière grâce aux verrières.











samedi 17 décembre 2011

Le studio de Robin

Voici le temps des derniers achats et préparatifs après une rénovation complète du studio de Robin. Je vais bientôt pouvoir prendre des photos de sa garçonnière achevée. Merci à Gérald Lesigne de m'avoir apporté les harengs en papier mâché de son bord de mer, tout spécialement pour la cuisine de Robin.


vendredi 16 décembre 2011

La start-up de Fred

Parallèlement au Moulinet plusieurs chantiers se sont entre-croisés depuis le printemps dernier : le studio de Robin, le duplex de Valérie et les bureaux de Fred à Paris, puis l'appartement de famille de Géraldine et Antoine à Boulogne. Il me faut juste trouver le temps de sélectionner les photos et de les mettre sur mon blog....

Mais je peux commencer par quelques images des bureaux de Fred.

Comment installer avec un mini budget les bureaux d'une start-up pour 8 compères en permanence connectés à Pondichéry et New York ? 
Direction Ikea et le BHV, sans complexe. Heureusement, la base était saine : murs blancs et moquette noire. Il ne restait plus qu'à jouer du pinceau pour "customiser les basics". 





Chez Olivier et Florence : article dans Spur

Publication japonaise du mois de novembre 2011
Mode et Art de Vivre







Chez Olivier et Florence

Le M., Quelle est cette demeure ?

A toutes les questions reçues, j'en conclus que j'ai été trop elliptique.

Peut-être s'agit-il là d'une façon inconsciente de m'approprier le lieu ou bien encore de rester discrète sur les propriétaires par souci de préserver leur intimité. 

Mais les premiers articles dans la presse me permettent de sortir de ma réserve. 

Non, la propriété photographiée n'est pas ma maison mais celle d'un duo d'artistes très talentueux et  amis de longue date, Olivier Kuntzel et Florence Deygas.  

















J'avais donné un indice en annonçant le début du chantier. Souvenez-vous du premier dessin.

Le M. par KD





Lorsque K+D me demandèrent de les aider à restaurer ce lieu acheté à la suite d'un coup de coeur, mon premier réflexe fut de refuser.

Comment trouver ma place dans un univers aussi singulier et personnel que le leur ? Ils avaient trop de talent et de personnalité pour que je puisse y trouver a priori mon compte et m'exprimer librement ! Et j'avais trop peur d'abîmer notre vieille amitié. Je me pensais plus efficace en leur donnant quelques conseils amicaux et adresses utiles. 

Mais ils n'ont pas lâché prise et insisté jusqu'à ce que j'accepte. 

Je les remercie d'avoir eu cette persévérance et de m'avoir laissé ma plage de liberté pour redonner vie au M. Ce fut une année sous le signe du partage et de l'amitié avec pour résultat un télescopage joyeux entre nos sensibilités et nos goûts. 

Je me plais à penser que la rencontre entre K+D et le Moulinet ne fut pas fortuite. 

Leur souhait était de trouver à la fois un lieu de détente et de création à l'écart d'une vie parisienne trépidante. Et un écrin pour toutes leurs folles créations.

Voilà des années qu'ils travaillaient sur le thème de la Belle et la Bête et qu'ils créaient toutes sortes d'objets poétiques, souvent mi animaux, mi humains.





Le manoir dominant la forêt, d'une architecture austère et spectaculaire, à la manière de l'Arche de Noé, semblait attendre la Belle et la Bête avec tout son petit peuple étrange pour naviguer vers de nouvelles aventures. 

Tout était là pour le début d'une histoire fantastique. 

C'est ainsi que prit naturellement et spontanément forme l'esprit du lieu : 

Les couleurs s'inspirèrent de la nature environnante : la terre, la forêt, le ciel.

Les vieux meubles trouvés sur place furent peints dans la couleur des murs pour leur donner l'impression de s'en évader, puis vinrent les meubles chinés par Olivier et Florence dans une vie antérieure, et ceux offerts par une célèbre cliente asiatique. 

Mélange éclectique  de style et d'origine qui donne à l'ensemble une atmosphère hors du temps et des codes classiques. 

La cuisine et les salles de bain gardèrent la petite touche de nostalgie qui fait penser à nos maisons d'enfance mais avec cette note de modernité et de confort qui les rendent  décalées.

Et puis vinrent surtout les habitants de la maison fantastique :
Les araignées en forme de lustres accrochées dans les salons, les chats en forme de lampes, les crânes ou les chiens en forme de baffles, les vrais  chiens (Violette et Chico) et les faux  étalés sur les tapis et bien d'autres créatures étranges sous le regard bienveillant de la Belle et de la Bête.