jeudi 8 mai 2014

L’atelier de la Création » par Irène Omélianenko  

Emission sur France Culture (rediffusion du 30/06/99): promenade à tous les étages du « 14 »  rue de Paradis, des vies et des histoires qui se croisent, comme il se doit, dans l’escalier, chambre d’écho de ces passés superposés.

« Une adresse c’est particulier. ça peut être l’enfer ou le paradis. On a toutes les adresses de sa vie dans l’esprit : une rue, un code postal, un étage, un numéro qui précise notre endroit. Notre espace physique et mental à un moment précis de notre vie. On colle à une adresse un amour, une tristesse, une naissance, une disparition. On colle à une adresse une époque de sa vie. On pourrait d’ailleurs segmenter, chapitrer, selon les rues, les numéros et les étages. C’est toujours troublant d’imaginer que d’autres vies ont la même adresse. Que des hommes et des femmes que vous ne connaissez pas ont posé leur intimité à la même place. Des vies ce sont superposées dans un endroit précis. En un siècle, les locataires ont changé, les appartements se sont vendus, l’histoire a rebattu les cartes, a redistribué les adresses. Les vies s’additionnent. Dans quelques m2 ce sont jouées des vies qui ne se sont jamais croisées, et en entrant dans un appartement, vous savez qu’il est habité, déjà. Il n’est pas hanté, mais il est habité. »