mercredi 30 décembre 2015

crazy happy new year 2016 !


dessin à l'encre de Franck Evennou

dimanche 27 décembre 2015

Chez Anne-Marie

11 M2 dans le 11ème



Vivre dans petit, le dernier chic !

Surfer sur l’air du temps, ne pas s’entraver avec des surfaces qui plombent le porte monnaie et la tête, avoir le pied marin et une mini suite dans chaque port, voilà une nouvelle façon de vivre : légère et libre. 

Mon amie de toujours, Anne-Marie, l’a bien compris. Elle voulait un port d’attache dans le 11ème arrondissement avec un cahier des charges précis : pas de voisin, une vue sur les toits de Paris, du soleil et le calme. Elle n’avait pas prévu si petit - je la vois encore se demander quelques semaines plus tôt comment on pouvait vivre dans 11 m2 lorsque j’ai fait le mini palace pour Catherine - mais hormis ce détail, tout y était.

L’impulsion l’a emporté sur la raison : ce sera la cabane-cabine perchée ! A moi d’inventer les m2 qui manquent…

J’avais carte blanche pour faire entrer avec un chausse-pied tout un confort de vie pour une habituée des grands appartements bruxellois : un dressing, un espace chambre/lecture sous les toits, un salon avec un canapé/lit d’appoint, un bureau, une entrée avec son placard, la cuisine et la salle de bain.

Couleurs douces pour tempérer le caractère bouillonnant de mon amie artiste et l’envelopper d’un  nuage de sérénité. Murs qui reflètent les oeuvres de la maitresse des lieux et répondent aux bleus des cieux environnants. Une chasse effrénée au moindre cm à exploiter. Une nécessité absolue d’aller à l’essentiel et de ne pas s’entraver avec le superflu.  Comment vivre dans 11 m2 ? Plutôt bien !














carreaux  Mosaïc Del Sur, applique Wo&Wé, coussins et draps Le Monde Sauvage, couette rayée Tensira, tabouret africain Caravane, tapis Muskhane , tables basses Mater Bowl, encadrement Béatrice Carette

Pour découvrir les oeuvres d'Anne-Marie, cliquez sur ce lien.

mardi 22 décembre 2015

chez Katharina et Jean-Cyril

Un pied à terre parisien de 25 m2 pour Katharina et Jean-Cyril à proximité du Marché des Enfants Rouges pour pouvoir manger un coucous chez Omar, des graines chez Nanashi, des crêpes au Café Breitz, un sandwich chez Caractère de Cochon ou un plat du jour qui tient au corps au Bougnat. Après, pour faciliter la digestion, une petite promenade selon l’humeur au Musée de la Chasse, au Musée Picasso, au Musée Carnavalet, à Beaubourg ou dans les galeries alentours (sans oublier les centres culturels Suisses et Suédois). Et puis, un petit détour par le rayon quincaillerie du BHV pour rester connecté aux petits tracas de la vie quotidienne. Et les jours de décadence et de frivolité, un goûté chez Merci ou Plisson. Nous sommes dans l’épicentre de Paris, le 7ème ciel pour citadin branché. 

Katharina et Jean-Cyril sont citoyens du monde, ils se sont rencontrés à New York, vivent en Suisse et gardent un coin de leur coeur à Paris, précisément dans cet épicentre qui vibre sous les ondes artistiques. Katharina est historienne d’Art et Jean-Cyril écrit des scénarios. Du coup, nous nous sommes fait un film de cet appartement. Il devait traverser les époques, remonter le temps, partir du XVIIIème avec ses tomettes d’époque pour finir sa course par des carreaux contemporains suédois fabriqués à Marrakech, faire un arrêt sur les années 50 et l’esprit scandinave pour terminer par un zoom sur la culture nomade du Sahara avec quelques tapis Berbères et suspensions en osier. Les tâches de Rorschach, les miroirs "Morning", les livres sont autant de fenêtres sur  un monde intérieur.  En écho au mur de "l'introspection", la fresque géométrique directement peinte sur le mur donne le "La" à la petite musique des lieux. Le canapé et le bureau respectivement longs de 3 mètres se moquent des M2 et murmurent :  small is great !






















Miroirs Morning, applique Wo&Wé, petites appliques Atelier Areti, suspensions en osier 5 étoiles chez Mona Market, careaux ciment Marrakech Design, fauteuils Paola Navone pour Baxter chez Merci, tabourets Nicolle, tissus de la banquette : Caravane et Etamine, tapis Ada, tabouret en carton Perigot, tables gigogne galerie Anders Hus





dimanche 20 décembre 2015

Un dimanche après-midi at home... 
Noël dans 5 jours, oh là, là !





photo 1 matelas et coussins Tensira
photo 2 Côté Paris et Milk décembre 2015
photo 3 vases Debbie Wijskamp
photo 4 sculpture Lotus Franck Evennou, céramique Nobue Ibaraki chez Craftslab

samedi 19 décembre 2015

Yes, Flore est contente ! pour la fin d'année elle est dans Côté Paris avec son frère.



Merci à Martine Duteil pour sa plume qui sait si bien parler de mon travail, merci à Jean-Marc Palisse qui sait poser son regard sensible sur mes intérieurs et capter de belles images.







vendredi 30 octobre 2015

"J'ai appris que, juste sous la surface, il y avait un autre monde, et encore d'autres mondes si on creusait plus profond "

David Lynch






Les lieux sont-ils habités par le passé ?

J’aime imaginer que chaque maison vibre de son lot de fantômes.

Cycles de vies qui se succèdent, se superposent comme des calques dans une matrice qui nous laisse percevoir le reflet de ce qui fut, comme une onde de choc qui mélange passé, présent et futur.

Mes enfants se souviennent avoir laissé des indices secrets dans la maison qui les a vus grandir, comme un lien magique qui les relie à leur enfance, qui témoigne de leur passage dans ces lieux et qui garde leur empreinte. Un battement de coeur caché dans un recoin.

Quelle émotion lorsque nous avons retrouvé au Moulinet, peint sur les murs d’ une ancienne écurie qui devait servir d’atelier au peintre qui y vivait il y a bien longtemps un magnifique détail que l’on retrouve dans une de ses peintures. Une fraction de seconde, il est là.

Les fantômes des lieux ne sont-ils pas ce petit bout de poésie qui  nous relie à notre passé, à notre mémoire ? cette vibration que les plus sensibles arrivent à capter et qui fait toute la magie et le mystère d’une maison ?


1.2.3. photos de Ewa Monika Zebrowski "Of Time, Lost"


dimanche 16 août 2015

Bleu du ciel, bleu de la mer, bleu de l'âme : la terre est bleue !

"Le ciel bleu sans voiles, 
Je le vois d'ici ; 
Je vois les étoiles
Mais l'orage aussi !"


Lustre de Lindsey Edelman dans les cieux

"Indéfiniment le bleu s'évade. Ce n'est pas, à vrai dire, une couleur. Plutôt une tonalité, un climat, une résonance spéciale de l'air. Un empilement de clarté, une teinte qui naît du vide ajouté au vide, aussi changeante et transparente dans la tête de l'homme que dans les cieux"

Collages pour le carnet d'inspiration du salon de 
Clémence et Bruno :
 bleu des tempêtes, bleu celte, et bleu océan

1. Marceline Desbordes-Valmore, Elégies
2. Jean-Michel Maulpoix, Une Histoire de Bleu